dimanche 8 octobre 2017

Maghnia: Le nouveau stade sera inauguré le 1er novembre

Accusant un retard des plus conséquents, le nouveau stade de Maghnia, situé à la sortie ouest de la ville, inscrit en 1991 et dont les travaux ont débuté en 1994, sera inauguré probablement le 1er novembre à l'occasion des festivités marquant la fête de la révolution. Voilà une nouvelle qui réjouit la jeunesse de la ville frontalière, notamment les sportifs et les dirigeants des trois clubs de la ville, dont les catégories des jeunes trouvent les pires difficultés pour s'entrainer vu l'exiguïté du stade des Frères Nouali. Le nouveau stade, dont les délais d'achèvement des travaux sont largement dépassés, a connu ces derniers temps des visites à répétition du wali, Benyaiche Ali, qui a instruit les responsables de la jeunesse et des sports de la wilaya et les entreprises réalisatrices du projet afin d'accélérer les travaux en vue de son inauguration le 1er novembre. L'origine du retard de ce chantier incombe à la sous-estimation du marché . Le stade en question fut doté dans un premier temps d'une pelouse en gazon naturel avant que cette dernière ne soit remplacée par une autre pelouse synthétique dont la pose remonte à plus de dix années. Lors d'une première visite au stade le 5 août dernier, le premier responsable de la wilaya avait fixé au 1er novembre la date d'inauguration. La capacité de cette infrastructure, qui était prévue dans un premier temps à 5.400 places, a été portée par la suite à 11.400 places, et ce, après le lancement de la réalisation des gradins d'une capacité de 6.000 places.

Un jeu vidéo "made in baldi" développé par un Maghnaoui !

Résultat de recherche d'images pour "Flappy Gandouz"Il s'appelle Houari Mohammed Amine, il n'a que 17 ans et développe seul un des premiers jeux vidéo 100% algérien. Originaire de Maghnia, de la wilaya de Tlemcen, Houari Mohamed Amine a toujours été passionné par l'informatique et la création. Aujourd'hui lycéen en terminale section Mathématiques, il a déjà développé des applications et des jeux en 2D sur Android tels que «Flappy Gandouz».
Mais voilà qu'il revient encore plus fort avec un jeu 3D? Un FPS du style aventure/survie/horreur qui se passe en Algérie, dont le texte est en «Derja» mais qui sera traduit en d'autres langues. Ce jeu n'est pas le premier produit algérien du genre mais il en fait partie. Une démo est déjà en ligne et gardez à l'esprit que ce jeune homme travaille entièrement seul, sans aucune équipe technique ni aide financière. (Publié dans L'Expression le 08 - 10 - 2017).

dimanche 1 octobre 2017

Tlemcen: Fellaoucène tourne la page

Durant la décennie noire du terrorisme, les agglomérations de Fellaoucène (Grands monts de Trara) ont souffert le martyr. Nichées sur les versants des montagnes de Fellaoucène, à une vingtaine de kilomètres de Nedroma, ces villages desservis par la RN 35 et RN 98, vivaient sous les incursions répétitives des groupes armés, qui prenaient les immenses forêts de Fellaoucène comme base de repli après leurs effroyables actes commis contre des innocents lors de faux barrages dressés sur la route. Aidés par le relief accidenté et très dense des montagnes et falaises, ces groupes armés faisaient irruption dans les hameaux et villages à proximité de leurs lieux de refuge, constitués de casemates ou de grottes, soigneusement dissimulés par la végétation dans le vaste maquis de Fellaoucène.
En 1994, le parc de la commune d'Ain Fettah a été complètement incendié et plusieurs personnes ont été froidement assassinées devant leurs proches. A cette époque, il n'y avait ni brigade de gendarmerie, ni garde communale, ni patriotes dans ces agglomérations. Livrée à elle-même, la population vivait le calvaire.
Mais, petit à petit, les choses commencent à changer et les habitants d'Ain Fettah, Ain Kébira, Bordj Arima et Béni-Ouarsous décident de réagir pour protéger leurs familles, leurs biens et leurs institutions. A Ain Fettah, de nombreux habitants s'organisent pour riposter aux criminels, à limage de Bouzar, Belbachir, Bensaim, Zirar (Ami Yekhlef), Mouadene, Lehmak, Benzeghadi (dit Zritla), Chelali et tant d'autres de patriotes, gardes communaux ainsi que les éléments de la gendarmerie, qui veillaient avec une grande vigilance sur le village et guettaient jour et nuit les entrées et sorties d'Ain Fettah. Plusieurs accrochages ont eu lieu avec les groupes armés qui rôdaient tout autour. La population a retrouvé la paix et les familles ayant fui leur village ont regagné leurs maisons et leurs terres. Non loin de Boutrak, un autre attentat a été commis en 1994, contre l'ex-chef daïra de Bordj-Arima, M. Affane. Il a été lâchement tué dans un faux barrage dressé par des terroristes au lieudit douar Taouia, situé à un jet de pierre d'Ain Fettah. Le tronçon de la RN 98 reliant la RN 35 à Ghazaouet et Nedroma, avait une triste réputation. C'était le couloir de la mort notamment au lieudit Sidi-Moussa où les attaques et faux barrages terroristes pendant les années 1993, 94, 95 et 96, se multipliaient. De nombreux agents de la police et militaires qui prenaient quotidiennement cette route pour regagner leur boulot à Remchi, Hennaya, Tlemcen, Aïn-Temouchent, Sidi Bel-Abbès et Oran, ont laissé leur vie lors de faux barrages dressés dans les virages accentués de la forêt de Fellaoucène, que les terroristes choisissaient pour commettre leurs massacres, et se replier ensuite vers les sommets et crêtes des montagnes dominant les parages. En fait, les groupes armés détournaient tous les semi-remorques et camions chargés de produits alimentaires vers la forêt. Il était quasi impossible de s'aventurer sur cette route au-delà de 16 heures. Ce tronçon routier n'a retrouvé sa sécurité qu'après l'installation d'un détachement de l'armée nationale pour rassurer les usagers de cette route.
Cette situation a encouragé les automobilistes à circuler à toute heure et en toute quiétude sur ce tronçon. Aujourd'hui, les habitants de toutes ces localités tentent de panser les plaies de la décennie noire. Soudés par les épreuves auxquelles ils avaient fait face, les victimes du terrorisme, les familles de terroristes, les patriotes et gardes communaux, vivent aujourd'hui côte à côte et tentent de tourner la page du terrorisme qui avait pris en otage l'Algérie et son peuple.

  Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 10 - 2017

jeudi 21 septembre 2017

L'agriculture de montagne : un enjeu pour la région de Djebala

L'agriculture de montagne représente un enjeu d'importance dans la région de Djebala .

Cette localité située dans les confins des monts des Traras est en passe de constituer un secteur d'activité économique et un élément d'attractivité qui contribue à l'approvisionnement du marché local et national en produits de qualité. la filière viticole s'est nettement développée ces dernières années dans la région de Djebala, Bekhata, Khoriba, Nedroma, El Haouanet, El Ayoun, Bab Taza, Adjaidja, Zaouiet el Yagoubi, Dar Bentata, Ghazaouet.
 Cette zone du littoral de la wilaya de Tlemcen a aujourd'hui la réputation de cultiver le raisin de table précoce et «bio» aux grappes fournies et très appréciées pour leur saveur. Grâce au choix du matériel végétal (plants), aux conditions atmosphériques, la disponibilité de la main-d'œuvre, le bon sol, la bonne productivité , de nombreuses variétés de raisin de table précoces et non précoces ont vu le jour, tels que le cardinal dattier, le muscat, le gros noir et rouge et le valencier, très appréciés pour leur qualité gustative et leur saveur.
raisin de djebala
La viticulture offre aujourd'hui une source de revenus importante. «Vu sa position géostratégique et ses sols appropriés, cette région de Djebala et Nedroma est connue depuis les années 1970 pour ses figues, ses amandes, ses miels, sa viticulture et sa polyculture. Cette zone est aussi très connue pour l'exploitation de l'aviculture et la vente d'œufs et de volailles.
Le raisin est devenu un trésor et participe au développement de toute la région. D'ailleurs, depuis le mois de juillet 2017 , les étals sont inondés par les variétés de raisin de grande de qualité. Nos raisins sont plus succulents et meilleurs, ils sont aussi moins chers que ceux qui étaient importés d'Espagne.  Selon un agriculteur  de Djebala, la récolte du raisin est très bonne cette année.
C'est surtout grâce à la maturation du raisin qui s'est faite dans de très bonnes conditions climatiques cette année. La floraison du raisin a été épargnée cette année, ce qui a favorisé la croissance des grappes», a-t-il expliqué. Pour rappel, les premiers coups de ciseaux ont été donnés durant le mois de ramadhan dernier. Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 08 - 2017

lundi 18 septembre 2017

La nouvelle gare routière de Tlemcen inaugurée

La nouvelle gare routière de Tlemcen, réalisée à une quinzaine de km, a été inaugurée dimanche 17 sept 2017  par le wali Ali Benyaïche. Les taxis et bus de voyageurs qui assurent les dessertes vers les autres wilayas, prendront  désormais leurs départs à partir de cette infrastructure  . Depuis 1970, les véhicules de transport en commun stationnaient dans un espace réduit, situé au milieu d’une cité d’habitation dénommée Metchkana  avec tous les désagréments causés aux riverains. À cela il faut ajouter les encombrements quotidiens gênant considérablement la circulation routière.  Le calvaire de ces citoyens n’est cependant pas terminé, car la direction des transports a maintenu sur place tous les bus qui desservent la partie est de la ville (Aïn Fezza, Ouled Mimoun, Aïn Tellout, Bensekrane, Sidi Abdelli). Avec ses 60 quais d’embarquement et de débarquement, la nouvelle gare routière  devrait permettre une meilleure prise en charge des besoins en matière de transport des citoyens de la région de Tlemcen.
Située au carrefour des cités Abou Tachfine et Al-Koudia : Cette gare routière est architecturalement marquée par une succession de versants en tuiles «canal» et des voûtes de style mauresque, typiques à la richesse artistique et culturelle de la région. Le magnifique hall central comporte 19 fresques murales illustrant les étapes du passé de la capitale des Zianides.Parmi les nombreuses commodités à retenir : la nouvelle gare routière est équipée de deux kiosques multiservices, une pharmacie, deux restaurants, une salle de soins, une banque, un bureau de poste, deux salles de prière (femmes et hommes), une cafétéria, un poste de police, un poste de la protection civile, de dortoirs, de sanitaires, de bureaux administratifs et de gestion et d'un système d'information en temps réel.

mercredi 23 août 2017

Tlemcen , Souk El Kaïssaria attire le chaland

On trouve de tout à Souk El Kaïssaria, le client peut y acheter tout ce dont il a besoin. Si les bas prix font la réputation de cet espace commercial, le bon accueil des commerçants réservé aux clients concourt aussi à cette affluence. Implanté sur une étendue de près de 6 hectares au cœur de la ville de Tlemcen, ce souk se situe à proximité de la Grande mosquée et du marché couvert, autour duquel gravite le musée qui contient une part non   négligeable des vestiges du riche patrimoine de cette région, dont une bonne partie remonte à l’époque des Zianides.
Il dispose d’une entrée principale qui s’ouvre sur la place publique de Tlemcen, appelée communément «El blass», ainsi que de portes «abwab» et de ruelles étroites et dédales appelés «derbs», incarnant la magnificence des lieux avec leur cachet historique et symbolique de la période des Zianides. La grande foule est alléchée par les prix proposés, particulièrement à Derb Sidi Hamed, un espace qui grouille de monde au quotidien, attiré par les étals achalandés de produits d’habillement pour femmes, hommes, enfants, chaussures et autres articles ménagers.
«Chedda tlemçania», classée patrimoine mondial par l’Unesco
Les visiteurs, qui jettent leur dévolu sur les habits traditionnels   tlemcéniens, peuvent apprécier la «Chedda tlemçania», classée patrimoine mondial par l’Unesco avec «El karakou», «El Djess», le calftan et la fameuse «Blouza». Les prix du karakou varient selon la qualité du tissu dont certains sont tissés au fil doré et argenté. Il existe «karakou el medjboud» et «karakou El fetla» ou El kantir, le tout accompagné du pantalon dit «saroual chalga»  ou encore «seroual medaouer».
  Les prix oscillent entre 40 000 et 90 000 DA pour ce qui est du karakou pour femmes, et entre 5000 et 12 000 DA, pour les copies réservées aux jeunes filles, ceux-ci étant des habits   jalousement portés lors des fêtes de mariage.

jeudi 17 août 2017

Tlemcen : Dédoublement de la route d’accès aux grottes de Beni Add

La route menant aux grottes de Beni Add, situées à une vingtaine de kilomètres de Tlemcen, précisément entre la commune d’Ain Fezza et ce site féérique, a fait l’objet, dernièrement, d’un dédoublement .
Culminant à 1.143 mètres d’altitude, ces grottes étaient auparavant reliées à Tlemcen via Ain Fezza, par une route sinueuse et difficile d’accès, formée de nombreux virages, d’où les risques d’accidents fréquents, aggravés par des ravins à chaque tournant. Le projet, réalisé sur environ deux kilomètres, entre la sortie d’Ain Fezza et les grottes de Beni Add permet, aujourd’hui aux visiteurs de rejoindre en toute quiétude le site très fréquentée. Ces grottes ont fait l’objet d’aménagement ayant permis de redynamiser l’activité de ce site touristique. Ces actions ont porté, entre autres, sur la réhabilitation du réseau d’éclairage illuminant les trois grandes salles abritant de magnifiques stalactites et stalagmites. La possibilité de réaliser un téléphérique reliant Ain Fezza aux grottes, situées à six kilomètres pourrait être envisagée, pour améliorer l’accès . Depuis l’affectation, sur place, de guides touristiques formés à Tlemcen, de plus en plus de visiteurs se rendent vers Beni Add, pour découvrir ces curiosités naturelles qui laissent les visiteurs émerveillés par la beauté des lieux et les diverses formes sculptées. La forme la plus connue et qui attire l’attention des visiteurs est incontestablement la réplique de la statue de liberté. Selon les techniciens du parc national de Tlemcen, ces grottes datent d’environ 65.000 ans. Elles ont servi de refuge aux moudjahidines durant la guerre de libération nationale. Avec les autres monuments et sites historiques, les grottes de Beni Add constituent une destination incontournable  de Tlemcen. (Ouest Tribune - Aout 2017).

Un site incontournable pour les touristes : Le palais royal du Mechouar à Tlemcen

Résultat de recherche d'images pour "palais royal du Mechouar à Tlemcen"
Intérieur du Méchouar - Tlemcen
Le palais royal du Méchouar, imposant et mystérieux édifice,  important vestige historique et légendaire qui trône au centre de la ville de Tlemcen, est devenu un lieu incontournable pour les visiteurs, et ce, depuis sa restauration en 2011 à la faveur de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique".
 Edifiée en 1145 par Abdelmoumen Ben Ali,  natif de Nédroma pour abriter le campement militaire des Almohades et y organiser les fêtes traditionnelles, la vieille citadelle de forme rectangulaire (200 m x 150 m) abrite  palais, mosquée, caravansérail, musée et dépendances. Le méchouar continue de susciter  une curiosité et des questionnements que les guides de l'Office du tourisme s'efforcent de satisfaire. Le palais royal à l'architecture épurée et au style arabo-islamique a été restitué à l'ancienne avec ses jets d'eau, ses voûtes et arcs outrepassés, ses édifices décorés au stuc d'époque et l'embellissement de l'espace territorial. Il est le plus visité avec la grande mosquée (XIIIe siècle) et le mausolée de Sidi Boumediène
Résultat de recherche d'images pour "palais royal du Mechouar à Tlemcen"
Vue extérieur du Méchouar - Tlemcen
A la faveur de la signature du traité de la Tafna en 1837, les troupes de l'émir Abdelkader ont occupé la forteresse durant une période d'environ quatre années avant sa reprise en 1842 par l'armée coloniale qui a transformé les lieux en caserne et centre de torture. Ce sont les fouilles archéologiques de 2011 qui ont abouti à sa totale rénovation. 
Aujourd'hui, ce patrimoine considéré comme le plus prestigieux de la cité historique, est devenu la fierté de Tlemcéniens.  Durant la période estivale, les touristes nationaux, avant de bifurquer vers la plage de Marsa Ben M'hidi n'hésitent pas à effectuer la visite du palais royal et de ses dépendances malgré le prix élevé de l'entrée fixée à 200 DA par personne. (Publié dans Liberté le 23 - 07 - 2017).

dimanche 13 août 2017

JOY LAND NOUVEL ESPACE DE JEUX ET DE LOISIRS POUR LES ENFANTS (Tlemcen)

Pour nos enfants à Tlemcen
Nouveau à Tlemcen et pas trop loin de Maghnia .Les enfants de Tlemcen vont être ravis surtout en cette période de grandes vacances.
Un nouvel espace de jeux et détente leur est consacré par JOY LAND qui vient d’ouvrir ses portes à Tlemcen,  face au lycée Farradj, à proximité du magasin de meubles Bekhoucha.
Les enfants accompagnés de leurs parents ont également à leur disposition une cafétéria pour le petit déjeuner et les rafraichissements sur place.
La direction de l’établissement prévoit aussi d’organiser sur commande, des fêtes dédiées aux enfants pour leurs anniversaires ou tout autre évènement en rapport avec la bonne humeur : animation avec clowns et magiciens, fête juvénile, etc …
OUVERT TOUS LES JOURS A PARTIR DE 14 H . TEL : 05.55.77.14.47
(

Conférence le 17 août à Tounane de l’écrivaine Maldji Zohra .

Conférence à Tounane
Une conférence sur le thème « Port Say, le rêve inachevé » sera animée par l’écrivain Maldji Zohra à la Bibliothèque de Tounane commune de Souahlia le 17 août prochain avons appris auprès de Amel Fellah, qui est chargée de l’organisation, membre élue à cette assemblée populaire communale et enseignante de chimie à l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou.
 L’écrivaine Zohra Maldji est née le 13 janvier 1950 à Ghazaouet . Malgré les peines, les privations et la guerre, elle y passe une enfance heureuse, rythmée par les rentrées scolaires. A l’école, Zohra se passionne pour les livres, qu’elle dévore sans modération. Grâce à eux, elle franchit la Méditerranée et découvre la France, ses paysages, ses habitants, et ses mœurs. Amoureuse inconditionnelle de l’histoire de la commune de Ghazaouet., son livre « Itinéraire d’une Frangérienne » est publié en 2004 par l’éditeur publibook.(

Le wali met en demeure les futurs investisseurs MAGHNIA

Résultat de recherche d'images pour "projet maghnia"
Maghnia en développement
Le nouveau wali de Tlemcen,  Benyaiche Ali, a entamé la série de sorties programmées pour les différentes daïras par une visite à Maghnia. Cette visite d'inspection  l'a mené en premier lieu à la commune de Hammam Boughrara où il s'est enquis du projet de réalisation d'un CEM à R'kiza, la réalisation de l'évitement Nord de 2x2 voies entre la RN35 et la RN99 et la station de pompage SP1 et SP2 à Mâaziz. La visite s'est prolongée à Maghnia où le wali  a passé en revue plusieurs projets de développement, d'équipements et de loements comme la future zone d'activité industrielle de Ouled Bendamou, un pénitencier, un centre de loisirs dont les travaux ont  14 ans, un CEM et 540 logements LPL en cours de réalisation à haï Chouhada, l'aménagement extérieur des 500 logements à haï Omar et la réalisation de 300 logements LPL.
Il s'est  enquis de la construction d'un siège de la daïra, un stade de 5 400 places à la cité Izza et l'important projet du périmètre irrigué qui s'étend sur 7 000 ha qui, selon le wali, permettra la création de 21 000 emplois. Au village frontalier Akid Lotfi, le wali a passé en revue les 2 tranches de rénovation et d'extension du réseau d'assainissement et la réalisation d'un espace vert. 

Le wali a  insisté sur la propreté de la ville :  "Autant j'ai été surpris de l'étendue de la commune qui est bien plus importante que certaines wilayas en tout point de vue, autant j'ai été déçu par le manque de propreté. La propreté de la ville incombe en premier lieu aux services de la commune, aussi, je m'adresse directement au P/APC pour lui demander de s'acquitter de son devoir pour que Maghnia retrouve sa propreté", a-t-il asséné, avant d'ajouter qu'"une série d'opérations de volontariat, dans lesquelles s'impliqueront les communes voisines avec leur personnel et leurs moyens matériels, sera menée à Maghnia à partir de la semaine prochaine, et je serai présent sur le terrain". . Publié dans Liberté le 07 - 08 - 2017).

samedi 12 août 2017

IR Chebikia: Club ambitieux en quête de moyens

Résultat de recherche d'images pour "maghnia foot"Evoluant dans un premier temps dans le championnat inter-quartiers initié à l'époque par le conseil communal des sports à Maghnia, l'IR Chebikia, représentant le premier village frontalier socialiste inauguré par le défunt président Houari Boumediene, a gravi les échelons grâce au dévouement de ses jeunes dirigeants à leur tête M. Hocine. Le club fut engagé dans le championnat de wilaya de Tlemcen avant d'accéder en division régionale 2 (LRFO) où il évolue actuellement. Ce petit club fait maintenant de l'ombre aux deux équipes phares de la ville frontalière, à savoir l'IRBM et l'ASBM,.
Logo du IRB Maghnia  Les espoirs des dirigeants de l'IRC reposaient sur la visite du nouveau wali de Tlemcen, Benyaiche Ali. Mais le wali a remis des aides aux deux clubs représentants de la ville. 400 millions pour l'ASBM et 500 millions pour l'IRBM.
Alors que l'IRC, qui est aussi un club de la commune de Maghnia, n'a pas bénéficié du moindre centime d'où la déception des dirigeants et des fans. A noter que l'IR Chebikia est domicilié au stade des Frères Nouali de Maghnia, car le stade du village n'est pas homologué.
 Le Quotidien d'Oran le 12 - 08 - 2017.

Maghnia: Réhabilitation du périmètre irrigué : enfin du concret

Résultat de recherche d'images pour "la plaine de Maghnia"
Plaine de Maghnia
C'est enfin décidé, le réseau vétuste du périmètre irrigué, qui représente quasiment la moitié de l'ouvrage total, sera réhabilité. C'est là une décision attendue depuis une dizaine d'années qui ravira les centaines de fellahs de la plaine de Maghnia et qui mettra terme aux forages illicites  qui représente une menace sérieuse sur les 2 nappes phréatiques. 
 Le périmètre irrigué situé sur la fameuse plaine de Maghnia, qui initialement s'étendait sur 4.250 ha, a été créé en 1974 dans le cadre du défi du développement de l'agriculture.
 La sécheresse qu'a connue le pays à la fin des années 80 a été à l'origine de la détérioration d'une bonne partie du réseau.
 Avec plus de 5 ans de retard , le projet pour la réhabilitation du périmètre d'irrigation pour un délai de 2 ans va bientôt démarrer.300 fellahs bénéficient ainsi de cette ressource pour l'irrigation de leurs cultures qui représentent 400 ha d'agrumes, 600 ha d'oliviers et environ 1.200 ha de maraîchers. Selon les spécialistes, pour que soit assurée convenablement l'irrigation totale du périmètre ainsi que celle de l'extension, un apport supplémentaire d'environ 18 millions de m3 sera pompé du barrage de Hammam Boughrara, ce qui nécessite une connexion entre le barrage de H. Boughrara et la conduite principale du périmètre.

La championne d'Afrique, Hammadi Maghnia, honorée par le wali de Tlemcen

Résultat de recherche d'images pour "Haltérophilie Maghnia" Lors de son passage à Maghnia , M. Benyaiche Ali, wali de Tlemcen, a honore la jeune haltérophile et pur produit de l'IRB Maghnia après la performance réalisée aux championnats d'Afrique seniors qui ont eu lieu du 10 au 19 juillet en Ile Maurice.
Résultat de recherche d'images pour "femme algérienne 2017" Âgée de 17 ans, la fille de Maghnia,  ignorée par les autorités locales au même titre que l'autre champion d'Afrique ; Bidani, fut félicitée par le wali.
Ce dernier, pour répondre aux doléances de la championne d'Afrique, donna des instructions fermes au chef de daïra afin que le problème de la salle où s'entraîne l'athlète soit aménagée dans les plus brefs délais.
Le wali a tenu à encourager l'autre haltérophile natif de Maghnia médaillé d'argent aux derniers championnats arabes.
Hammadi Maghnia, a participé à ce championnat d'Afrique dans la catégorie des 75kg en remportant trois médailles d'or, a réussi à lever 74 kg à l'arrachée et 94 kg à l'épaulé-jeté. Dans une brève déclaration à la presse , la jeune athlète a confié : «Je remercie M. le wali pour ce geste . Après cette consécration que je dédie à tous les Algériens et en particulier à la population de ma ville natale Maghnia, je m'attelle à préparer les championnats du monde 2018 qui auront lieu aux USA. Mais avant cela, je serai présente en Ouganda afin de participer aux championnats d'Afrique des jeunes qui auront lieu à partir du 2 octobre 2017. Mon souhait c'est de battre des records et représenter dignement l'Algérie».