samedi 23 février 2019

D'orbane ou Arouy de L'Algérie.

D'orbane
Le Porc-épic  désigne en français certains rongeurs . En arabe d' Orbane ou Arouy en berbère .Ils étaient fréquents en Algérie. Ils sont plus rares de nos jours .C'est une espèce protégées.La chasse au porc-épic (d'orbane/arouy ⴰⵔⵓⵢ) est interdite en Algérie selon le décret exécutif n°12-235 du 24 mai 2012 . La photo provient du zoo de Tlemcen .
 Leur pelage composé de poils et de piquants les protège des prédateurs. Ils atteignent des longueurs de 60 à 70 cm, du useau à la queue, et se dressent comme un ours, la plante des pieds posée fermement sur le sol. Contrairement aux rumeurs populaires, les porcs-épics n'ont pas la capacité de projeter leurs piquants. Par contre, ceux-ci se détachent facilement. En restant plantés dans le corps d'un adversaire, les piquants peuvent y provoquer une septicémie.


mercredi 20 février 2019

Qui était Lalla Setti ?

« Set » est l’équivalent moyen oriental de « Lalla » maghrébin.
Il semble que Lalla Setti est la fille de Sidi Mahieddine Abou Mohammed Abd el Qader el Djilani, né à Djilane 1083-1166, Set Amra el Wassila de son vrai nom. Ayant quitté Bagdad vint se fixer aux environs de Tlemcen. Elle mourut près de Mansourah ou lui fut bâti une Koubba.
1302743030_cae8e7779e_b.jpg
Lalla Setti - Tlemcen
 Abd el Qadir était par son père descendant d’Ali ben Abi Talib, gendre du Prophète. Et c’est cela-même qui justifie les qualificatifs de « Lalla » et de « Sidi ».
 On donnait à Sidi Abd el Qadir les qualificatifs honorifiques de Soltan es Salihine, Qottbo el Aqttab, el Ghawth, el Qawsso el A3dham. Nul saint n’eut pareils qualificatifs en même temps autre que lui. Et c’est pour cela que sa fille Lalla Setti eut et a encore une grande vénération à Tlemcen.

lundi 18 février 2019

Un parti algérien dénonce la corruption

Les différents mandats de Mr Bouteflika ont permis une avancée sur l’infrastructure du pays ( autoroute, tramway , métro...) sur la sécurité ( éradication du terrorisme , sur l' économie ( développement de l'entreprise individuelle, usine soumman ,usine renault ...) et autres . 
Par contre , il y a au moins un échec cinglant pour la lutte anti corruption. La période Boudiaf y est elle pour quelque chose ? 
Le citoyen algérien reste dépendant du  " bni hammis"  et des dessous de table . La coruption gangrène tous les niveaux de la population . Le citoyen fonctionnaire devient ennemi de ses concitoyens au lieu de les servir pour le bien du pays .La corruption fait partie, malheureusement, intégrante du mode de fonctionnement du système algérien actuel.
C’est une vraie catastrophe et un gâchis, surtout que les algériens se sont habitués à cette corruption, pour l’éradiquer il faudrait  qu’il y ait une prise de conscience et des décisions prioritaires pour sauver les générations futures, par l'éducation , les sanctions et surtout l'exemplarité du haut du pouvoir.

La corruption n’existe pas en Algérie, c’est pourquoi on ne peut pas lutter contre. On ne la voit jamais. 

Elle a ses règles qui sont strictes et obéit à des normes qui lui assurent la marge clandestine:

  1° «D’abord l’humilité»,  «La plus grave faute, lorsque vous êtes un privé et que vous avez un problème à régler  est de croire que vous pouvez casser le chantage d’un petit agent de l’Etat qui vous demande sa part, en allant se plaindre à son chef ou à son seigneur à Alger.

2° «La deuxième des règles et celle de la lucidité», «L’erreur à ne jamais faire c’est d’étaler le problème en public, recourir à des journaux ou à la justice ou aux procédures de recours administratifs. C’est une grosse erreur car vous oubliez que vous ne pouvez rien prouver car la corruption n’existe pas et reste impossible à démontrer. Ce que vous en récoltez c’est le malheur d’être définitivement grillé dans le circuit des affaires. Vous devenez infréquentable.

 3° «La troisième règle est la perspicacité».  Chaque secteur du complexe-Etat a son quota de jours gratuits et de prise en charge totale, à l’oeil.  Cela n’est pas souvent évident et il faut en la matière avoir une longue expérience. Un petit agent d’une administration annexe que vous négligez sera peut-être, un jour, à l’origine d’une brigade de contrôle qui vous fera payer  ce qu’un gros cadre de l’Etat aurait été incapable de vous faire subir».«Le problème en Algérie c’est que l’on ne sait pas toujours qui commande qui et qui il faut payer. Contrairement au Maroc ou à la Tunisie, la corruption en Algérie n’est pas organisée et ses adresses sont floues. On perd un temps fou à distinguer dans le labyrinthe «Qui commande qui?», pour pouvoir payer là où il faut.

- 4° «La quatrième règle est celle de la prévoyance». «Il faut être à l’écoute des nouvelles nominations et faire acte d’allégeance le plus vite possible. Lorsque vous êtes convoqué pour un prétexte futile dans un bureau quelconque, prévoyez quelques invitations d’honneur pour une prochaine réception, découvrez quelques relations communes.



vendredi 15 février 2019

Bouteflika Président une 5éme fois , et pourquoi pas !

Les élections algériennes arrivent ! Et voila , les critiqueurs de tous bords , les scieurs qui ont la langue facile et pense que la politique est un jeu  . Ils pensent qu 'il est possible de diriger un pays , une nation , un peuple vers le développement , le progrès , la prospérité , la richesse et  le bonheur  comme ils conduisent un vélo!
Image associée
Maghreb unie
Mais la réalité est autre .Malgré tous les problèmes de l’Algérie d’aujourd’hui , le pays reste dans la cour des futurs pays émergents .Les soucis rencontrées sont les mêmes partout .Les Harragas d'Algériens proviennent  du même rêve de richesse que les harragas du Maroc de la Tunisie , du Brésil ou  du Mexique . Il s'agit d'un rêve de devenir meilleur ( la pub de la télévision joue un grand rôle , d'ailleurs  les natifs du Maghreb connaissent tous les marques européennes de tous les produits).
Ce rêve est différent des " Boat people"  du Vietnam ou du Cambodge d'il y a quelques années ( ceux la , se sauvent de  la guerre , des massacres  et la misère) . Ce n'est pas le cas en Algérie.
Bouteflika et son gouvernement  a fait beaucoup pour le pays malgré les critiques .Il est vrai qu'il reste encore beaucoup à faire ... En 2019 , parmi les autres candidats , il faut avouer qu'il y a des bavards et des beaux parleurs mais qui peut réellement continuer l’œuvre du président .
Bouteflika ,c'est la paix social , il a continué l’œuvre de Zéroual avec brio .....
Bouteflika , c'est le 1er métro en  Algerie ( à Alger )  , il faut continuer les lignes et en faire dans les autres villes : Oran , Sétif , Annaba ...
Bouteflika ,c'est le tramway dans plusieurs villes , il faut continuer dans les autres villes .
Bouteflika , c'est la 1ere autorroute en Algérie , il en  faut encore beaucoup d'autres ...
Bouteflika ,c'est le renouvellement des voies ferrées et le début des travaux du TGV, à continuer ...
Bouteflika, c'est les 1er hypermarché en Algérie , UNO , ARDIS ...
Image associéeBouteflika,c'est des marques algériennes gérées par des algériens ( SOUMMAN, IFRI, AIGLE,VENUS...)...
Bouteflika, c'est le centre islamique avec une mosquée au vniveau de la Zitouna ou El azzahr...
Résultat de recherche d'images pour "bouteflika et maghreb"Bouteflika,c'est CONDOR est l'équipement ménager pour tous les algériens ( téléviseurs , réfrigérateurs , téléphone ...)...
Bouteflika,c'est des logements en construction , des aides aux jeunes entrepreneurs , des projets de développement , c'est le gaz et l'eau pour tous les algériens , c'est l’électricité pour tous ( malgré la prolifération des climatiseurs ) , .......
Je suis certain qu'il a fait bien plus pour l'Algérie, il suffit d'ouvrir les yeux pour voir le bien  ...
En France , il faut bien avouer que les trois derniers présidents n'ont pas répondus aux attentes des électeurs , chacun d'eux était pire que l'autre , et chacun d'eux a bombardé un état indépendant            ( Sarkosy en Libye, Hollande en Syrie,Macron au Tchad) .
En Algérie , c'est également facile de trouver pire , mais  aujourd'hui , je ne vois pas mieux que Bouteflika et son gouvernement ( Un veille homme assis voit toujours mieux qu'un jeune homme debout)  !
Qu 'il soit du clan de Oujda , Maghnia , Alger , Annaba , Tizi ouzou , Tamanrasset , Ghardaia, Béchar, Djelfa ,Bejaia  Biskra ou autre , peu importe , vive l'Algérie , vive le Maghreb !

samedi 9 février 2019

Des projets pour Nedroma

Nichée dans le massif des Trara, sur le versant nord du mont Fellaoucene, la daïra historique de Nedroma se développe .
Résultat de recherche d'images pour "Nedroma"
Djebala
 En effet, plusieurs projets d'équipements socio-économiques, culturels, sportifs et d'infrastructures de base ont été réalisés en vue d'améliorer le cadre de vie des habitants des communes de Djebala et Nedroma.
Dans la ville de Nedroma , inauguration d'une maison de jeunes et d'un stade de proximité équipé en gazon synthétique. Nedroma a bénéficié d'un plan de sauvegarde et de valorisation du patrimoine de son périmètre  de la vieille médina et de ses monuments culturels et historiques, afin de rénover l'habitat ancien, préserver et mettre en valeur un patrimoine culturel et historique.
Résultat de recherche d'images pour "Nedroma"
Nédroma
 Dans la commune de Djebala de cette même daïra, le chef de l'exécutif a visité le projet de modernisation de la route de wilaya n° 109 de la localité «Zourana», le lycée et l'annexe administrative de la localité d'Adjaidja, le projet de protection des talus contre les glissements de terrain de la RN 99 reliant Nedroma à Maghnia.
Par ailleurs, il a été procédé à la mise en service du gaz naturel dans les localités rurales de «Zourana», «H'dadeche» et «Ouled Ali». Selon le directeur de la SDC-Sonelgaz de la wilaya de Tlemcen, Dammouche Mohamed Amine, cette opération de raccordement au réseau du gaz naturel a touché quelque 366 foyers .

Béni-Boussaïd.. Inauguration d'une nouvelle polyclinique

Résultat de recherche d'images pour "Béni-Boussaïd.. Inauguration d'une nouvelle polyclinique"
Maghnia - Djebala
Le secteur de la santé s'est renforcé par une nouvelle infrastructure médico-sanitaire. Une nouvelle polyclinique a été inaugurée à la Daïra frontalière de Béni-Boussaïd. Elle est dotée de tous les services de consultations médicales, d'une maternité, d'un laboratoire d'analyses, d'une unité radiologique et d'une maternité. 
Résultat de recherche d'images pour "hopital maghnia"
hopital Maghnia
 Auparavant l'on se rendait jusqu'à la ville de Maghnia pour une simple consultation ou un accouchement, à plus de 40 kilomètres.
 Elle fait partie d'un ensemble de 24 polycliniques réparties sur l'ensemble du territoire de la wilaya de Tlemcen dont la majorité est opérationnelle.
Il est attendu l'ouverture de l'hôpital de Marsat Ben-Mhidi qui va atténuer la pression sur l'hôpital de Maghnia qui couvre l'ensemble des communes de la bande frontalière. Notons qu'une autre polyclinique a été inaugurée à Bab Al-Assa, située à une quarantaine de kilomètres de Maghnia.
 Publié dans Le Temps d'Algérie le 09 - 02 - 2019

lundi 4 février 2019

Maghnia : Colère à Sidi Mechhour

Image associée
Sidi Machhour-Maghnia
Ce dimanche  03 janvier 2019 ,  les jeunes et les parents d'élèves scolarisés à Hammam Boughrara, chef-lieu de commune, sont sortis dans la rue pour dénoncer l'indifférence des autorités locales concernant, notamment, l'absence du transport scolaire.
Tôt le matin, les villageois ont coupé les issues de leur agglomération en exigeant la présence du wali. «Nous sommes des laissés-pour-compte, nous n'avons rien, nous sommes quasiment isolés, mais, cette fois, le vase a débordé en cette période hivernale, nos enfants sont livrés à eux-mêmes», ont déclaré les  citoyens.
Ce n'est pas la première fois que les habitants de Sidi Mechhour s'expriment .Il faut savoir qu'à quelques encablures de là, les contestataires de Maghnia continuent, pour le cinquième jour, leur action de protestation contre la liste des bénéficiaires de logements, en fermant la route par endroits.
Les choses risquent de s'aggraver puisque, sur les lieux, des jeunes sont venus leur apporter leur soutien en présentant des revendications liées au travail . Au même moment, le wali était en visite avec le ministre de l’Énergie.
Publié dans El Watan le 04 - 02 - 2019
Malgré les éfforts du gouvernements pour amélioorer le cadre de vie des algériens , les contestations existent encore . Souhaitons que des améliorations puissent satisfaire les partis en présence .  

Poivron algerien acheté à paris !


L'agriculture algérienne s'exporte en Europe , vous pouvez acheter des légumes et des fruits de la production algérienne en France .
Les cartons de poivrons se trouvent chez Hallal Market à Aulnay-sous-bois  dans le 93 ou encore à Pontault Combault dans le 77 .
Il existe surement d'autres distributeurs en Europe. Par contre , je ne trouve pas de produits algériens dans les grandes surfaces comme Carrefour , Leclerc , Auchan ou Cora.
Si vous avez l'occasion de pouvoir acheter des produits algériens n'hésitez pas à inscrire vos adresses dans le commentaire du site . 
Les natifs et les proches de l'Algérie vous seront trés reconnaissant pour vos indications.
Dégustons avec plaisir les produits algériens partout dans le monde !

dimanche 3 février 2019

Attribution de logement a Maghnia

Les manifestants, malgré la pluie et le froid, font le pied de grue avec une revendication essentielle : «l'annulation pure et simple de la liste des 1058 logements sociaux et la dissolution
de la commission d'attribution».

La liste des 1058 logements sociaux, affichée mercredi dernier et fortement contestée par la population, révèle chaque jour ses obscurs secrets. Ainsi, parmi les bénéficiaires, le frère du maire d'une commune voisine, des proches d'élus de Maghnia, des membres de la commission d'attribution et de la commission d'enquête, des personnes récemment installées à Maghnia dont de jeunes femmes, des citoyens ayant acquis la résidence récemment et dont le numéro du dossier est récent…

En somme, autant dire que la liste des anomalies est longue, ce qui a provoqué la colère des habitants qui ont longtemps placé leurs espoirs dans ce quota que beaucoup estiment le dernier avant des années pour un éventuel programme d'habitation sociale. Les mécontents, divisés en deux groupes, les femmes et les enfants à la sortie de la ville et les hommes en face de l'ancien siège de la daïra au centre-ville, malgré la pluie et le froid, font le pied de grue avec une revendication essentielle : «l'annulation pure et simple de la liste et la dissolution de la commission d'attribution».

Résultat de recherche d'images pour "logements de Maghnia.."
Logement Maghnia
Une contestation pacifique fortement encadrée par des forces de police, stationnées au niveau des carrefours et des structures étatiques. Jeudi dernier en fin d'après-midi, le wali a reçu un groupe de contestataires avant de publier un avis où il informe avoir décidé d'«instituer une commission d'enquête qui aura la tâche dès ce jour de réétudier avec précision les dossiers des bénéficiaires, ce qui permettra à la commission de recours d'apurer la liste et de procéder au remplacement des noms selon les textes réglementaires». Malgré cette instruction se voulant apaisante, des citoyens ne semblent pas rassurés: «C'est quand même curieux !

A notre connaissance, les membres de la commission de recours font partie des bénéficiaires, nous n'avons pas confiance». La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme va plus loin : «Nous demandons aux autorités compétentes de demander des comptes à ceux qui sont à l'origine de ces injustices et de les ester en justice, car enquêter sur une liste sans sanctionner ceux qui étaient derrière ces graves anomalies ne suffit guère».
Le wali de Tlemcen a mis en place une commission d'enquête chargée d'éplucher tous les dossiers des personnes portées dans cette liste afin de débusquer éventuellement les pseudo-bénéficiaires



samedi 2 février 2019

   Maghnia fait son lifting par Cheikh Guetbi


  Dans la commune de Maghnia, le développement urbain semble connaître un sursaut qui est en passe de lui assurer une transformation qui semble ravir la population. Cette ville frontalière qui s'est toujours forgée la sinistre réputation de ville sans âme, délabrée, connaît une intense activité de rénovation et de réaménagement urbain que le wali a d'emblée inscrit dans son programme de développement local au lendemain de son installation et que le tout nouveau chef de daïra veille activement à concrétiser sur le terrain.

Cet ambitieux projet qui vise le bien-être dans la ville et à accroître l'attractivité, touche aussi bien le réaménagement des espaces publics vieillissants ou qui ont tendance à se dégrader, la revalorisation des infrastructures et la dotation de la ville de mobilier urbain qui favorise l'harmonie et la fluidité du déplacement. Premiers résultats de ce lifting, visibles, qui reflètent l'identité de la ville sont sans conteste la restauration et la revalorisation esthétique des 2 portes urbaines qui marquent les principaux accès à la ville ainsi que les différents autres points de repère, réelles œuvres artistiques réalisées à différents points de la ville par l'artiste de renommée internationale Kehfenmer Abdelouahab et également celle du pont d'accès Est de la ville. Ce projet qui se démarque des précédents a fait la part belle à l'embellissement, le nettoiement, l'entretien et l'assainissement.

En plus des opérations de restauration et de mise à niveau des espaces verts, d'autres d'entretien, d'élagage de la totalité des arbres ainsi que de débroussaillage sont menées au quotidien à travers toute la commune. La métamorphose de la ville qui est en passe de retrouver sa propreté et sa splendeur est passée par sa dotation de feux tricolores qui lui ont depuis longtemps fait défaut et dont toutes les principales intersections stratégiques en sont désormais dotées. C'est là une promesse faite par le wali durant sa toute première rencontre avec la société civile locale et qui a ainsi été tenue. Les retombées bénéfiques de cet équipement sont palpables et la circulation automobile est plus fluide en cette ville où l'afflux de touristes est important avec des pics à l'approche des fêtes religieuses et durant les grandes vacances. Des actions préventives en prévision des fortes précipitations et averses ont été lancées et ont porté sur le curage des avaloirs, le remplacement des grilles des caniveaux et regards d'avaloirs.

Avec toutes ces actions et bien d'autres qui visent, toutes, la rénovation urbaine et l'amélioration du cadre de vie, la ville connaît une dynamique et une mutation sans précédent. Tout ceci s'est réalisé grâce aux différents programmes de développement, programme spécial de développement des régions frontalières, et surtout grâce à l'engagement des responsables locaux et de wilaya à l'image du chef de la daïra qui a réussi à imposer une rigueur dans le respect des clauses des cahiers des charges et surtout des délais de réalisation. 



mercredi 30 janvier 2019

Maghnia: Un nouveau siège de daïra

Maghnia vient d'être dotée d'un nouveau siège de daïra dont les travaux de réalisation arrivent  à leur terme. Celui-ci a été la principale étape de la visite que le wali a effectuée  dans cette ville qualifiée à juste titre de «vitrine du pays».
Ce nouveau siège qui se caractérise par son imposant espace vert. A noter que l'implantation du nouveau siège de daïra qui sera incessamment inauguré par le ministre de l'Intérieur a été, à l'origine, contesté par la population car il occupe une bonne partie d'un des patrimoines de la ville, à savoir le champ hippique qui est situé à l'entrée ouest de la ville. 
Résultat de recherche d'images pour "Hotel Tafna"
Hotel Tafna

 L'hôtel public «La Tafna» a été la seconde étape de cette visite d'inspection .

Ouled Charef .

  Le wali s'est ensuite déplacé au village de Ouled Charef où il a présidé l'inauguration protocolaire d'un établissement primaire «Mechichi Abdellah. Dans la même localité, le wali a rendu visite à la zaouia de Cheikh Ibrahim Ajradi. 

Maghnia à Hammam Boughrara via Sid El Machhour 

L'ultime étape de cette visite était celle de Hammam Boughrara où le wali a inauguré la route de 11 km qui relie Maghnia à Hammam Boughrara via Sid El Machhour et s'est enquis des travaux de réalisation d'une nouvelle station de pompage .

dimanche 27 janvier 2019

  
Tlemcen: Du nouveau pour le commerce dans les zones frontalières
par Khaled Boumediene

Le wali de Tlemcen, Benyaiche Ali, a annoncé  devant les cadres et fonctionnaires des Douanes que d'importantes décisions sur l'allégement des contrôles et la levée du passavant douanier (titre pour l'introduction de marchandises dans la zone terrestre du rayon des douanes) dans les zones frontalières avec le Maroc, seront prises par les hautes instances du pays. Ces mesures viseron à mettre fin aux lenteurs dans les transactions commerciales et la perturbation de l'approvisionnement en produits divers des populations de ces régions frontaliere. Instauré depuis le mois de juillet 2005 pour lutter contre la contrebande, le passavant impose un contrôle et une autorisation délivrée par les services des douanes pour toute une liste de marchandises à destination des communes frontalières, ce qui a généré un vrai casse-tête pour les commerçants et grossistes, ainsi qu'une flambée des prix de l'ensemble des produits et le mécontentement des habitants des localités de Maghnia, Bab El-Assa, Marsat Ben M'hidi, Béni-Boussaid, Souahlia, Sidi-Medjahed, Souani, Sidi-Boudjenane, Bouihi, Béni-Snous et Sidi-Djillali. Ce dispositif oblige les commerçants  à déclarer leurs marchandises au niveau de la brigade mixte dont le siège est situé sur la route nationale 35 menant à Maghnia. 

vendredi 25 janvier 2019

Ghazaouet: Un nouveau centre d'enfouissement à Souahlia

Le nouveau centre d'enfouissement technique (CET) du groupement Ghazaouet - Nedroma est entré, , en service pour accueillir les déchets ménagers et assimilés du groupement des communes de Tient, Ghazaouet, Souahlia, Nedroma et Dar Yaghomracen, qui comptent 132.894 habitants et produisent environ 100 tonnes/jour de déchet.
 C'est sur la commune de Souahlia (11 kilomètres à l'ouest de Ghazaouet) à  « Onk El Djmel » que ce troisième CET a vu le jour.
Résultat de recherche d'images pour "Ghazaouet: zinc"La durée d'exploitation de ce premier casier est de 10 ans, mais le centre pourra accueillir un deuxième casier qui constituera la zone de stockage des déchets du groupement Ghazaouet - Nedroma pour les 20 prochaines années »
Toutes les décharges sauvages des communes concernées par ce nouveau CET seront éradiquées, à commencer par celle d'Ades de la commune de Ghazaouet. Située sur le flanc de la colline qui domine la belle plage d'Oued Abdallah, tout près de l'hôtel « Ziri ».
Les responsables doivent éradiquer cette grande décharge qui a toujours constitué une tâche noire dans notre ville. Tous les estivants, visiteurs et automobilistes qui traversent Ghazaouet gardent ce panorama gravé dans la tête » ,  « ce problème a été pris en charge par le wali de Tlemcen».

 En outre, les déchets industriels de l'usine de zinc « Alzinc », qui a démarré ses activités en 1975, constituent un autre fardeau dont ont hérité les autorités locales. Au départ, ce ne devait être qu'un entrepôt temporaire. Mais au fil des années, les déchets chimiques et résidus se sont amoncelés dans la nature. « Cette problématique sera réglée avec le projet de traitement spécial des anciens déchets d'Alzinc, et un casier d'enfouissement sera bientôt réalisé près d'Ades », a assuré M. Baha Mourad.

vendredi 18 janvier 2019

Election présidentielle 2019 : le scrutin est fixé au jeudi 18 avril

C’est officiel, le président de la république, a décidé que l’élection présidentielle, se déroulera le jeudi 18 avril 2019.

mercredi 16 janvier 2019

4ème Salon international de l'Agriculture «Agripro Expo» du 23 au 26 janvier à Oran :

Résultat de recherche d'images pour "agripro expo 2019"Le Centre des conventions d'Oran ‘Ahmed Ben Ahmed' abrite du 23 au 26 janvier 2019, le 4ème Salon international de l'Agriculture «Agripro Expo». Plus de 150 exposants attendus à ce salon, placé sous le slogan: «les nouvelles technologies appliquées à l'Agriculture».
Outre les participants nationaux, des exposants viendront de Belgique, de France, d'Italie, d'Allemagne, de Turquie, de Chine, de Tunisie et de Pologne, entre autres, sont attendus à Oran. Il s'agit de faire découvrir et de mettre en valeur les acteurs majeurs du métier à un public de professionnels et d'amateurs et de partager et d'informer les participants et visiteurs des dernières réglementations et nouveautés du domaine .
‘Agripro Expo' se veut un espace d'échange  de produits et nouveauté (démo-essai / dégustation/expo). ‘Agripro Expo' est une plate-forme unique qui regroupe tous les métiers de l'Agriculture (culture, semence, élevage, phytosanitaire, vétérinaire, matériels...). Il s'agit de mettre en valeur, pour la première fois sur l'Ouest, d'un événement qui contribue à la renommée nationale et internationale de l'Agriculture. Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 01 - 2019

mardi 15 janvier 2019

2018, l'année charnière de la harga : Autopsie d'un phénomène à Tlemcen

Avant l'instauration du visa Schengen, ce sont les faussaires de documents de voyages et de visas qui ont proliféré, moyennant de fortes sommes d'argent . 

Les causes de la Harga  ?

L'on comprend sans peine les causes, les motivations et le désespoir des migrants subsahariens qui risquent leurs vies pour la harga vers des horizons meilleurs, mais est-ce le cas de ces centaines d'Algériens qui bravent la mort pour quitter le pays ?
Ce phénomène a pris ces dernières années des proportions plus qu'alarmantes, et l'on s'interroge encore sur les réelles causes qui poussent ces jeunes à cette aventure périlleuse . Pour  2018 , plus d'une quarantaine de corps sans vie ont été repêchés , et des dizaines ont été secourus au large .            Le chômage, la précarité et les conditions socioéconomiques du pays en sont-ils les causes ? Qui sont ces jeunes candidats à la harga  ?
Aucune étude sociologique n'a été entreprise pour tenter de comprendre leurs réelles motivations et les situer socialement. Jusqu'alors, à l'intérieur du pays comme outre-mer, on considère qu'ils fuient la misère, le chômage, la hogra et l'absence de liberté. C'est le son de cloche qu'on entend dans tous les médias, mais sur quelles bases qualifie-t-on ces causes ?
Les harraga tentent-ils de se justifier par ces faux-fuyants pour se justifier et tenter de bénéficier d'un statut «d'exilés» ? Qu'en est-il en réalité ?
Le visa, cause essentielle de la harga !
 Dans les années 80 et 90, avant le durcissement des conditions d'obtention du visa par les  européens, le problème n'existait pas. Les candidats aux voyages clandestins optaient pour des passeurs à bord de navires .

Avant l'instauration du visa Schengen

Ce sont les faussaires de documents de voyages et de visas qui ont proliféré, moyennant de fortes sommes . Puis les conditions se sont durcies et ni la falsification des documents et encore moins les passeurs transfrontaliers ne sont devenus utiles à ces jeunes qui veulent  «voyager». Même la période de la décennie noire qu'a connue le pays n'a pas enregistré autant de candidats à la harga.
 Donc les causes sont à rechercher ailleurs, sachant que les Algériens en général, jeunes et moins jeunes, aiment voyager. Durant les années 70 et 80, des millions de touristes algériens se sont rendus en Europe, surtout en Espagne, et dont la majorité sont rentrés après leur séjour. Pourtant, les conditions socioéconomiques du pays n'étaient pas des plus reluisantes. Ce qui a provoqué d'ailleurs les événements d'Octobre 1988. Tous les jeunes harraga contactés n'obéissent à aucun profil de «victimes» tels que tentent certains de les décrire.

 Sid Ahmed de Ghazaouet :

«J'ai vendu ma moto et j'avais quelques économies de côté, j'ai changé  en Euros. J'avais décidé alors avec un groupe d'amis de tenter l'aventure et avons pris contact avec un passeur», affirme Sid Ahmed, âgé de 26 ans. Il était électricien auto de profession et dit «vivre bien et regretter son coup de folie» qui l'avait presque conduit à la mort n'était l'intervention à temps des garde-côtes qui ont repêché leur embarcation au large de Ghazaouet. Il affirme avoir payé aux passeurs 4500 Euros tout comme ses trois amis qui avaient tous un emploi. Il nous a parlé avec amertume de cette mauvaise expérience et des réelles causes qui l'ont conduit à risquer sa vie. «J'ai fait plus d'une dizaine demandes de visa, mais elles ont toutes été refusées par les consulats de France et d'Espagne.
Je voulais juste voyager et vivre la belle vie , d'autant que j'avais une amie sur Facebook qui allait me recevoir », soulignant qu'«il me fallait coûte que coûte la rejoindre ; sur un coup de tête, j'ai pris la décision d'opter pour la harga». Mais c'est quoi, la belle vie, selon Sid Ahmed.
Pour lui, «ce sont tous les plaisirs et la liberté en Europe où les jeunes disposent d'innombrables lieux de loisirs et de distractions pour se défouler». Samir, 23 ans, son ami dans cette malheureuse aventure, affirme de son côté qu' «il ne manquait de rien sauf qu'il n'y a rien pour les jeunes ; c'est la monotonie et le manque de distractions qui l'ont poussé à la harga».

 Réda tente la traversée de la méditerranée :

Résultat de recherche d'images pour "la harga" Réda, 31 ans, est des plus édifiants. Ayant bénéficié d'un crédit de l'Ansej, il s'est vu créer une micro-entreprise. Il a  bénéficié d'un véhicule Berlingo. «Durant plus d'une année, je n'ai pas trouvé d'opportunités de travail. J'ai fini par brader le matériel, mis le véhicule au garage, et tenté la harga». Réda voulait justifier l'injustifiable  «il avait fait le mauvais choix d'opter pour la spécialité du froid et il aurait été préférable de faire une agence de location de voitures». Sauf que la réparation des équipements frigorifiques, qui est sa spécialité, est très demandée. Aujourd'hui, il perd sur les deux fronts car il est poursuivi en justice pour rembourser le matériel qu'il a vendu. «Je ne suis pas le seul à avoir vendu le matériel de l'Ansej et tenté la harga, j'en connais plus d'une dizaine», souligne-t-il, avant de se ressaisir et dire : «Il est vrai que j'ai volé l'argent de l'état, et même si j'avais réussi la harga, j'aurais toujours été poursuivi par la justice. Ce que je regrette, ce sont les 26.000 Euros perdus à jamais». Ce qui prouve que les conditions sociales n'ont aucun lien avec ce phénomène.

 D'autres considérations plus subjectives qu'objectives.

La majorité est motivée pour d'autres considérations plus subjectives qu'objectives. Le seul qui a tenté de nous convaincre mais qui n'a jamais choisi la harga est Hachemi, âgé de 42 ans. «J'ai fait 3 fois de la prison pour différents délits. Soit un cumul de 7 ans de détention. Depuis, je ne fais que bricoler pour gagner ma vie et je suis toujours célibataire. Je vis chez ma mère. Notre société ne pardonne pas et un repris de justice est mal vu partout et refusé partout. Je voulais quitter le pays uniquement pour changer d'air, mais malheureusement, je n'ai pas les moyens pour payer les passeurs», avant de conclure ironiquement : «Ya kho, même pour la harga, il faut être riche ou en avoir les moyens». Il a tout dit.